Si vous pouviez mesurer (et constater) vos progrès?

Apple Watch

Le coaching d’équipe qui rapporte des bénéfices. 

Si vous pratiquez la nage, le vélo ou la course (ou si tout comme moi, vous avez des membres de la famille obsédés par les 3 disciplines), vous ne résisterez pas longtemps à l’idée de vous procurer un capteur de données communément appelé « fitbit ». Le néophyte vous dira que ce n’est pas d’accrocher ce gadget à votre poignet qui changera quelque chose à votre performance. Que cela ne vaut pas la dépense. Comparativement à ce magnifique vélo tout carbone à 7000 $ qui, comme l’indique le fabricant, données à l’appui, est 20 % plus léger, ou à ces nouveaux souliers de course qui vous procureront 40 % plus de rebond, cette nouvelle babiole ne fait rien de concret. Vraiment ?

Allez demander à des propriétaires « quel est le bénéfice ? » et ils vous répondront… tout! Qu’ils ne reviendraient jamais en arrière, qu’ils ne peuvent plus s’en passer. Que l’entrainement et la façon de le réaliser ne sont plus ce qu’ils étaient. Effectivement, les subjectifs « c’était une bonne course » ou « c’est clair que je m’améliore » ne suffisent plus, la simple lecture du chrono est maintenant dépassée. Que l’objectif soit d’améliorer son temps, ou sa distance, ou les deux, il semble évident que ces petits accessoires se paient d’eux-mêmes; par l’augmentation de la motivation, de la connaissance de soi et de la confiance en ses capacités, par exemple.

Plus de clarté, plus de valeur

Dans le boitier 4x4cm de ce « fitbit » se trouve une panoplie de formules et de données. L’utilisateur a maintenant accès à ce qu’il n’avait pas avant, une prise, une emprise. Un point de départ, l’avant et l’après, avec les différents paliers d’amélioration de sa performance. Des comparables en temps réel, des marqueurs de sa progression et une vision claire des objectifs à atteindre. La reconnaissance des étapes charnières et des réalisations. Les données sont là, les résultats sont enregistrés. Vous pouvez constater les résultats de vos efforts.

Comparons ceci à un milieu de travail. Pensez à votre équipe. Pouvez-vous nommer ses indicateurs de performance et ses résultats actuels? Comme le plan d’entrainement inscrit dans votre « fitbit » qui guide votre parcours, pouvez-vous décrire les différentes étapes requises à votre succès ? les partenaires impliqués, et à quels moments ils le seront ? Que ce soit Garmin, Apple, ou Fitbit, ces instruments captent plusieurs variables. Pouvez-vous en nommer plus de 3 qui s’appliquent à votre équipe ? Est-ce que les efforts antérieurs et les progrès sont enregistrés ? Probablement pas. À la place il y a un leg, un historique, un récit subjectif. Avec de grands pans laissés pour compte, non-dits, invisibles. Et sur le long-terme, la déception qui génère la défensive, l’indifférence ou le ressentiment.

Alors que faire lorsque vous êtes fatigués de voir ressurgir les mêmes vieux problèmes ? Lorsqu’on vous confie une équipe qui a besoin d’améliorer sa performance de façon tangible ? Lorsque vos résultats et votre réputation de leader sont en jeu ? Que peuvent nous enseigner les athlètes (ou triathlètes), les gourous des « fitbits », des données et des indicateurs de performance à propos du leadership d’équipe des temps modernes ?

Soyez systématiques

Pour illustrer mon point, je vais vous parler d’une gestionnaire qui m’a approchée pour me parler de son équipe : une trentaine d’experts avec qui elle n’arrivait pas à atteindre les résultats qu’elle savait qu’ils étaient en mesure de livrer. En bonne gestionnaire elle ne voulait pas baisser les bras. Après tout, elle avait des comptes à rendre à ses clients et à son Conseil d’administration. Elle était prête à prendre les grands moyens.

Grands moyens ?

Ce n’est pas facile d’admettre qu’on a atteint ses limites et que nos tentatives n’ont pas donné les résultats escomptés. Cela prend du courage ! S’exposer à un regard externe. Vivre les conséquences de cette démarche. Mais croyez-moi, cette histoire, comme toutes les autres que j’aurais à vous raconter, se termine bien.

Ce qu’elle me décrivait était une équipe qui se sabotait, où une tension constante régnait et où il était difficile d’avancer, de progresser. À travers le Diagnostic s’est dévoilée une équipe toxique et déficiente à plusieurs égards, mais une équipe quand même. Une équipe dans laquelle il valait la peine qu’on investisse pour qu’elle se corrige. Et plus encore.

À travers la démarche de développement de l’équipe, nous avons augmenté la productivité de 28 % sur une période de 5 mois. Nous avons augmenté la positivité de 35 %. Le taux d’absentéisme a été réduit de moitié. La clientèle était plus satisfaite à la fin de l’année.

Et cela n’est pas un cas rare ou exceptionnel. Mais un des résultats qu’obtiennent les équipes des secteurs publics, privés, communautaires, par l’entremise du Coaching intégral et du Diagnostic d’équipe. Quelle est la particularité du Diagnostic d’équipe ? Un système de mesure simple et clair pour identifier les enjeux, intervenir et rendre compte des progrès.

En plus d’un autre aspect fort important.

Corriger ce qui ne va pas, c’est bien. Mais assurer le développement de l’équipe pour l’avenir, c’est encore mieux. Comment ?

En combinant du Coaching intégral & le Diagnostic d’équipe dans une seule intervention qui permet à l’équipe de se réinventer à long terme.
En observant l’évolution de la cartographie de la performance dans le temps.
En identifiant les meilleures pratiques et les zones à risque.

Imaginons une montre Apple et l’arbre décisionnel afférent :

Screen Shot 2016-11-27 at 9.28.03 PM

Les distinctions dévoilent l’essentiel

L’ensemble des données recueillies lors de l’analyse est dévoilé sous forme d’images qui mettent en évidence comment l’équipe se perçoit selon différents facteurs. Les contrastes permettent de voir et de ressentir clairement que les choses ont changé, le Diagnostic démontre les résultats. Pas de spéculation. Pas d’interprétation. Les données telles que transmises par l’ensemble des membres de l’équipe, avant le début de la démarche et après.

French Progress 1 French Progress
© Team Coaching International & Marie-Claude Collette – Services de coaching Inc. 2016. Tous droits réservés.

Le AVANT et APRÈS

L’Avant et l’Après sont bien visibles. Ce sont les progrès. La mesure de la performance. Nous mesurons 14 composantes de la performance d’une équipe. Comme pour un athlète professionnel dédié à son sport, nous évaluons les facteurs de performance de l’équipe au travail. Selon votre industrie et la situation de votre équipe, la performance est améliorée au minimum de 20% en moyenne, pour les équipes prêtes à faire les efforts nécessaires afin de faire face et de soutenir le changement.

Lorsque les habitudes et les façons de faire inadéquates sont en place depuis des années, voir 10-15 ans, il faudra y mettre des efforts, de la volonté, de l’engagement et de la patience. Les athlètes ont besoin de se lever tôt, 7 jours sur 7, l’entraînement ne se fait pas que par la pensée. L’intention est essentielle mais c’est dans la pratique qu’apparaîtra le vrai changement. Le support du coach aidera la remise sur les rails lors des inévitables écueils.

L’équipe à laquelle je fais référence ici a atteint des résultats hors du commun lors de notre démarche d’amélioration de la performance. Des gains de 81 % pour Initiative, 75 % pour Objectifs et Stratégies, 78 % pour Optimisme, 68 % pour Interaction constructive…. etc.

Mais

L’euphorie de ces résultats sans équivoque s’est vite effondrée lorsque certaines conditions se sont présentées. La fatigue, l’absence du gestionnaire, le stress par exemple ou encore la fin officielle de la démarche de coaching. Ce cas illustre à quel point le travail en équipe demande une attention constante.

Ce n’est jamais terminé. Et quand on doit corriger des habitudes profondément ancrées, les efforts doivent être soutenus. Et grâce à la méthodologie combinée du Coaching intégral et du Diagnostic d’équipe, claire et structurée, l’équipe sait maintenant ce qui est bon pour elle, ce qui ne l’est pas, ce qu’elle doit faire et comment le faire.

Comme l’athlète qui se réfère à sa montre d’entraînement dans les montées difficiles, les données et les outils sont là, à portée de main. Et tous sont chargés de veiller à préserver cet espace acquis au cours des derniers mois. La réalité a prouvé que l’équipe était capable d’atteindre des résultats extraordinaires (chiffres à l’appui), elle a maintenant la responsabilité de les maintenir et de les intégrer dans son quotidien. Et nous pourrons vérifier ses progrès dans le temps grâce à nos outils, faire des rappels et retrouver la flamme initiale.

Ce que les données ne peuvent faire pour vous

L’analyse et les prises de conscience qu’une démarche d’équipe permet de faire resteront lettre morte à moins que TOUS les membres de l’équipe ne s’engagent dans des actions concrètes pour amorcer le changement, et que TOUS se responsabilisent face à ce changement. Le véritable impact de ce processus ne sera perceptible qu’à travers les modes de fonctionnement nouveaux et différents. Au final, la question fondamentale demeure : «Que voulons-nous, comme équipe ?»

Une fois les critères de performance fixés, un plan d’entraînement solide, bien établi, avec des indicateurs permettant de démontrer le progrès, pourquoi un athlète au travail refuserait-il de s’engager ?